YOGA : des bienfaits accessibles à TOUS

YOGA, Pourquoi pas moi ?
Yo, ga(rs) ! Pourquoi pas toi ?

 

Reconnue depuis plus de 2000 ans pour ses bienfaits d’ordres physiques et psychiques, la pratique du yoga fait l’unanimité des pratiquants : il s’agit bien d’une activité aux mille vertus menant vers un « mieux-être » général.

Or, malgré un développement vif du nombre d’adeptes en occident, encore beaucoup de personnes sont réticentes à s’essayer au yoga, en le pensant réservé à un clan d’initié.

 

« Je ne peux pas, je ne suis pas assez souple ».

« Ah non mais moi je suis beaucoup trop stressé pour faire du yoga ».

« Tenir debout sur la tête ? Sûrement pas ! »

Il subsiste encore beaucoup trop d’idées reçues (fausses comme souvent) sur le Yoga. Faire du yoga ne nécessite aucunement un niveau particulier de souplesse, de force, ni même d’équilibre. Les seuls deux ingrédients pour pouvoir faire du yoga sont respirer et être à l’écoute de son corps pour pratiquer dans le cadre de ses propres limites actuelles, sans se faire mal. Jusque là a priori, tout le monde peut faire du yoga.

 

Et c’est un message d’autant plus salutaire à faire passer que le Yoga améliore considérablement et en profondeur la qualité de vie des gens. De tous les gens.

 

Les bienfaits d’ordre physiques – la pratique du yoga suppose en premier lieu un allongement conscient de la respiration. Ceci induit une meilleure oxygénation des organes, qui fonctionnent donc au plus près de leur réel potentiel. Les médecins sont unanimes : l’activité physique qu’implique le yoga (que ce soit les torsions, les étirements ou les gainages) favorisent la circulation de l‘oxygène et des nutriments dans le corps, améliore la digestion, assouplit les articulations et renforce les différentes chaines musculaires. Rien que ça.

 

Les bénéfices d’ordre psychiques – l’allongement de la respiration, notamment abdominale, va venir inconsciemment masser les muscles et les nerfs impliqués dans le système nerveux autonome. Le système nerveux sympathique met le corps en alerte lorsqu’un danger survient. C’est celui qui vous fait faire un bon en arrière quand vous commenciez à traverser la route et qu’une voiture s’est mise à klaxonner pour annoncer son arrivée brutale. Plutôt sympathique en effet ! En situation d’alerte notre corps est fortement mobilisé, et donc peu disponible pour le reste (digestion, cicatrisation, etc.). Cela devient problématique lorsque cette sensation d’agression devient chronique, lors d’états d’anxiété ou de stress constants. Vous n’êtes plus disponible pour la bonne santé de votre corps, pourtant doté de faculté d’autorégulation ! Aussi les pranayamas (exercices de contrôles du souffle), la méditation, les postures inversées et autres postures de relaxation vont justement participer à apaiser ces esprits « trop pensant », avec toutes les conséquences bénéfiques sur la qualité de votre corps et de votre vie. Amélioration du sommeil, diminution de la sensibilité aux agressions extérieures, aux stress, meilleure concentration, etc. . Et cela peut se produire dans un temps très court !

 

Le yoga ne nécessite pas d’être souple. Il permet de le devenir.

Le yoga ne nécessite pas d’être zen. Il participera à développer notre faculté d’acceptation, qui elle–même finira par donner bien peu de raison d’être à de nombreux états de stress.

Tout le monde peut s’y mettre. Maintenant.